14/11/2010

Grand Corps Malade Tu Es Donc J'apprends

Grand Corps Malade.jpgJ'étais assis sur un banc, cinq minutes avec moi

Perdu dans mes pensées qui me parlaient sans voix,

Dans un parc un peu désert, sous un ciel sans couleur

Un moment, un peu d'air, dans une vue sans humeur

Un vieil homme approcha, fermant ainsi cette parenthèse

Il s'assit à côté de moi et me regarda, l'air à l'aise

Avec un regard confiant, il me dit cette phrase sans astuce

 

Quel dommage que les gens ne se parlent pas plus

Jeune homme croyez-moi, j'ai un peu d'expérience

Je ne vous connais pas, je m'assois près de vous

Si les gens se parlaient, les choses auraient un sens

Je vous parle et pourtant, je suis tout sauf un fou

C'est juste que je sais, privilège de l'âge

Que l'humain est moins sot, s'il est un peu curieux

L'humain est plus fort, quand il croit au partage

Qu'il devient plus beau, quand il ouvre les yeux

 

Refrain :

L'Homme est un solitaire (L'Homme est un solitaire)

Qui a besoin des autres (Qui a besoin des autres)

Et plus il est ouvert

Et plus il devient grand

Découvrez ma culture (Découvrez ma culture)

J'apprendrais la vôtre

Je pense donc je suis

Tu es donc j'apprends


Nous avons pris le temps de voir nos différences

De mélanges et rencontres il faut franchir le seuil

(De mélanges et rencontres il faut franchir le seuil)

Parlons aux inconnus (Parlons aux inconnus)

Sortons de l’ignorance (Sortons de l'ignorance)

Faisons de notre monde un terrain sans orgueil

Comme on croise nos voix, croisons nos habitudes

Nous quitterons ce parc plus riche qu'en entrant

Cessons de voir petit, prenons de l'altitude

Partageons nos idées, nos valeurs, notre temps 

[Refrain]

 

Je pense donc je suis

Et tu es donc j'apprends

http://www.grandcorpsmalade.com/

00:22 Écrit par Véronique dans Musique, Paroles des chansons | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

hello, encore un bien joli texte il est vraiment baleze ,bonne journee

Écrit par : pat | 2010-11-30 à 05.05:00

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.